Les plantes exotiques envahissantes affectent la biodiversité locale, augmentent les risques d'érosion, déstabilisent les berges, freinent l’écoulement de l'eau et peuvent générer des risques sanitaires, brûlures ou allergies. La lutte contre ces plantes est une responsabilité collective.
Nous devons poursuivre cet inventaire avec votre concours, assurer un suivi et une veille  pour détecter rapidement toute nouvelle implantation. 


Balsamine de l'Himalaya 

Plante annuelle pouvant atteindre 2 mètres de haut.

Habitat : présente dans les sols  humides et riches en éléments fins, les bords des cours d’eaux et talus. 

Fleurs : inflorescences en grappes de 2 à 15 fleurs blanches à pourpres munies d’un court éperon recourbé, de juin à octobre. Sa floraison très riche en nectar attire les insectes pollinisateurs au détriment des fleurs autochtones.

Comment lutter ? Pour les petites surfaces, arrachage manuel en essayant d'extirper le système racinaire ou fauche avant la floraison au-dessous du premier nœud avec une deuxième coupe 3 semaines plus tard. A réitérer pendant 3 années consécutives.

Balsamine.jpg
Renouée.jpg

Renoué du Japon

Plante herbacée vivace, atteignant 3 m de hauteur, avec un réseau de rhizomes souterrain important. 

Habitat : elles se rencontre dans une grande variété de milieux au sol riche. Le développement le plus massif se produit sur les berges des cours d’eau.

Feuilles : ovales, de 7-18 cm de longueur et environ 8 cm de largeur, brusquement tronquées à la base et rétrécies en pointe à l’extrémité.
Fleurs : blanc-crème en panicules de 8-12 cm de longueur, de juillet à septembre.

Comment lutter ? Plante très difficile, voire impossible à éliminer.  En cas d'arrachage, il faut prendre soin d’enlever l’ensemble de la plante (tiges, rhizomes) et d’incinérer la totalité notamment si l’opération se pratique au bord d'un ruisseau.

Possibilité de l’éliminer par des fauches répétées avec élimination des fragments, ou par pâturage pendant 10 ans au minimum.


Ambroisie à feuille d'armoise

Plante herbacée annuelle, origine Amérique du Nord, hauteur 20 à 90 cm.

Habitat : l’ambroisie pousse sur des sols nus, chauds et secs,  jardins, talus de routes, chantiers, champs, etc.

Tige : dressée, ramifiée dès la base (port de « buisson »), poilue vers le haut et souvent rougeâtre.  
  
Feuilles : opposées à la base puis alternées, très découpées, même couleur verte des deux côtés, sans odeur forte quand on les frotte. Les armoises ont le dessous des feuilles blanchâtres.

Fleurs : en chandelle devenant jaune après ouverture de juillet à fin septembre.

Santé : l’ambroisie engendre de graves problèmes de santé publique. Son pollen peut être très allergène et déclencher des crises d’asthme. 

Comment lutter ? Arrachage à la main ou à l’aide d’outils légers. Si l’arrachage a lieu après juin, évacuation et élimination par incinération. Pour les particuliers ordures ménagères.
Port de gants, éventuellement d’un masque respiratoire et de lunettes dès juillet. Ne pas faire intervenir des personnes allergiques.

Attention il faut signaler toute découverte de cette plante en mairie. 

Ambroisie.jpg
Berce caucase 2.jpg

Berce du Caucase

Plante herbacée, vivace, atteignant 2 à 4 m de haut à maturité.

Habitats :  Toutes les zones fraîches et humides, surtout les vallons et  ripisylves ombragés. Elle est très concurrentielle face à la végétation indigène.

Tige : Épaisse, creuse, poilue, souvent parsemée de rouge, pouvant atteindre 10 cm de diamètre à la base.

Feuilles : Longues de 50-100 cm, profondément divisées en lobes dentés atteignant 30-40 cm de long, en rosettes basales avant le développement de la tige.

Fleurs : Inflorescence en ombelles terminales de 30 à 50 cm de diamètre, elles-mêmes formées d’ombellules d’environ 5 cm de diamètre. Fleurs blanches (ou d’un jaune verdâtre) de juillet à septembre.

Santé : En cas de contact et exposition de la peau au soleil (même 3-4 jours après), la berce du Caucase provoque des brûlures  jusqu’au 2e degré qui peuvent laisser des marques à vie.

Comment lutter ? Fauche d’avril à mai compris. A renouveler au minimum 3 ans.
Coupe de la racine à 20 cm de profondeur avec une bêche, d’avril à mai avec évacuation des racines pour incinération. Opération à renouveler au minimum pendant 3 ans.

Attention : Porter un équipement de protection complet pour éviter tout risque de brûlure.